Accueil Magazine > Art & Luxe

| ART & luxe |

Arty Color Gallery vous permet de découvrir à travers son magazine d'art contemporain en ligne des informations intéressantes, étonnantes ou encore choquantes au coeur de l'actualité de l'art d'aujourd'hui et de demain.

Retrouvez sur Art & Luxe tout ce qu'il faut savoir sur l'art contemporain dans le monde du luxe et de la démesure : records et chiffres vertigineux de ventes d'oeuvres contemporaines, des collaborations entre marques de prestige et artistes, et d'autres informations qui font un trait d'union entre l'art contemporain et le monde du luxe et du raffinement.

UNE OEUVRE DE BASQUIAT VENDUE AUX ENCHĒRES AU PRIX RECORD DE 110, 5 MILLIONS DE DOLLARS

par Anastasia Chevel

Le 18 mai dernier, une oeuvre sans titre de l'artiste peintre Jean-Michel Basquiat a été adjugée pour la somme record de 110, 5 millions de dollars, lors de la vente aux enchères organisée par Sotheby's à New York.

Cette oeuvre sans titre de Jean-Michel Basquiat a été adjugée au collectionneur japonais Yusaku Maezawa pour 110, 5 millions de dollars, lors de la vente aux enchères organisée par Sotheby's à New York.
Cette oeuvre sans titre de Jean-Michel Basquiat a été adjugée au collectionneur japonais Yusaku Maezawa pour 110, 5 millions de dollars, lors de la vente aux enchères organisée par Sotheby's à New York.

Jamais une oeuvre de Jean-Michel Basquiat n'a atteint un record de vente aussi important.

Le 18 mai 2017, la maison de vente aux enchères Sotheby's a vendu en moins de dix minutes une oeuvre sans titre de Basquiat dont le prix de départ était fixé à 57 millions de dollars, et qui a été remportée pour la somme colossale de 110, 5 millions de dollars soit près de 99, 5 millions d'euros.

 

En l'espace de quelques minutes, ce très grand tableau (183 cm x 173 cm) représentant un crâne sur un fond bleu azur, a fait l'objet d'un duel financier entre un enchérisseur présent dans la salle qui s'est arrêté à 97 millions de dollars et un autre qui suivait la vente par téléphone dont l'offre est montée à 98 millions de dollars, somme à laquelle il faut ajouter les frais et les commissions.

 

Sous les clameurs admiratives du public, le coup de marteau final a mis fin à cette joute en faveur du collectionneur Yusaku Maezawa.

Il faut dire que le milliardaire japonais de 41 ans qui à fait fortune dans la vente de vêtements en ligne, a déjà remporté un autre tableau géant de Basquiat ( 500 cm x  238 cm) au printemps 2016 pour la somme de 57, 2 millions de dollars.

 

L'heureux propriétaire prévoit d'installer sa nouvelle acquisition dans le futur musée de Chiba, sa ville natale, et qui en sera la pièce centrale. Partageur et passionné, en attendant la construction de son musée, il envisage de prêter son oeuvre à des musées dans le monde. "J'espère que ce chef-d'oeuvre donnera autant de joie aux autres qu'à moi-même et qu'il inspirera nos futures générations", a expliqué Yusaku Maezawa.

En mai 2016, une autre oeuvre de Jean-Michel Basquiat a été remportée aux enchères par le collectionneur d'art Yusaku Maezawa pour un montant de 57, 2 millions de dollars.
En mai 2016, une autre oeuvre de Jean-Michel Basquiat a été remportée aux enchères par le collectionneur d'art Yusaku Maezawa pour un montant de 57, 2 millions de dollars.
0 commentaires

COLLABORATION : POUR JEFF KOONS ET LOUIS VUITTON L'A(RT)FFAIRE EST DANS LE SAC

par Anastasia Chevel

Lorsque l'un des artistes contemporains les plus côtés de notre époque s'associe au magnat de la maroquinerie française, cela fait des étincelles...artistiques. Et lorsque ces deux protagonistes intègrent à leur créations les toiles des maitres de l'Art exposées au Louvre, il en résulte une association explosive. Retour sur une collaboration détonnante et subversive qui bouscule les codes.

art louis vuitton - louis vuitton art - collaboration Louis Vuitton
La Joconde versus l'Art Contemporain : Jeff Koons avec l'une de ses créations issue de sa collaboration avec Louis Vuitton. © Lewis Mirrett

L' ART EST DANS LE SAC

Devinette : quel est le point commun entre un artiste contemporain de renommée mondiale et une marque de luxe de référence?

La réponse à été dévoilée le 11 avril 2017,  date à laquelle l'art contemporain a une fois de plus rencontré l'univers de la mode à travers l'annonce officielle de la collaboration entre Jeff Koons, l'un des artistes contemporains les plus côtés et les mieux payés, et Louis Vuitton, une institution française et une maison de maroquinerie de luxe vénérée et respectée partout dans le monde.

 

Outre la rencontre entre le classicisme de la maison Louis Vuitton et la joyeuse fantaisie de l'audacieux artiste Jeff Koons, cette collaboration qui a associé cinq musées à ce projet, a donné lieu à une rencontre de troisième type, une alliance avec les toiles des grands maitres de l'art, tels entre autres Van Gogh, Rubens, ou encore Fragonard, et a vu le jour sous forme d'une collection de sacs à main, pochettes, foulards, sacs à dos et porte-feuilles.

 

Pour fêter l'événement en beauté et rendre hommage à cette nouvelle association, cette annonce a été suivie d'un gala organisé pour l'occasion le soir même au Louvre, présidé par les it-people de la soirée Jeff Koons et la Joconde, auquel a été convié tout le gratin de plus de 200 personnalités issues du milieu de la culture, des arts et du cinéma.

 

Il faut dire qu'il ne s'agit pas d'une toute première collaboration artistique pour Louis Vuitton avec des artistes contemporains. Bien avant Jeff Koons, la célèbre marque de luxe a déjà travaillé avec le designer Stefen Sprouse en 2001, s'inscrivant dans la tendance avant-gardiste du graffiti. Peu de temps après, la marque à l'origine de l'iconique toile monogramée à investi l'univers kawaï, en s'associant avec l'artiste Takashi Murakami, puis ont suivi Richard Prince ainsi que Yayoi Kusama qui se sont appropriées le logo le temps d'une collaboration.

CHEAP, CHIC OU CHOC ?

CHEAP ? Reprenant les imprimés des célèbres toiles des maîtres de l'art qui ornent les produits dérivés vendus dans tous les musées et à la sauvette dans les lieux touristiques à Paris, la comparaison avec les créations issues de la collaboration Vuitton x Koons s'arrête là, puisque la qualité des produits de luxe et le savoir-faire à la française sont comme toujours, au rendez-vous.

 

CHIC ? En bonus et pour sceller ce mariage entre la culture et la mode, à l'intérieur de chaque sac on peut trouver une biographie de Jeff Koons ainsi que celle du peintre de l'oeuvre représentée sur le sac accompagnée d'une reproduction de son autoportrait, et des explications sur le tableau figurant sur le sac. Pour la touche décalée et contemporaine, un lapin gonflable, faisant référence à la célèbre oeuvre de l'artiste Koons, pendouille joyeusement sur les anses de toutes les pièces de la collection. Loin d'être une édition limitée, ces "sacs - oeuvres" vendus entre 1800 et 3000 euros, ont l'ambition de s'inscrire dans une collection durable, étoffées dès l'automne 2017 par une série de nouvelles oeuvres.

 

CHOC ? Au fil du temps certains sacs deviendront des valeurs sûres, comme cela semble s'annoncer pour les sacs La Joconde et Van Gogh; d'autres disparaitront faute de trouver preneur. Ce qui est déjà sûr, c'est que certains modèles tels les nus de Titien, de Fragonard ou encore la chasse de Rubens, visuellement offensants pour la pudeur, seront interdits à la vente dans les pays musulmans.

jeff koons oeuvres - koons oeuvres - art contemporain koons
Présentation de la collection de sacs Koons x Vuitton.
Vuitton art - artiste jeff koons - jeff koons x louis vuitton
Nouvelle collection de sacs revisités par Jeff Koons.
la chasse au tigre - rubens- peinture rubens
La Chasse au tigre : l'une des toiles de Rubens choisie pour la collection.

ENTRE HOMMAGE ET PROVOCATION

"Je voulais que ces sacs deviennent de l'art. Pour moi, l'art est ce qui nous permet d'être plus conscients de notre vie, de notre potentiel, et de ce que nous pouvons devenir. L'art n'est jamais objectif, c'est la capacité qu'à l'objet de nous communiquer ce que nous pouvons réaliser pour élargir notre vie. Les sacs ne sont pas de simples copies de peintres, ils en sont la transcendance" explique Jeff Koons lors d'une interview réalisée dans son studio new-yorkais. "A travers cette démarche artistique je célèbre l'humanité et j'espère que  les gens qui voient ces sacs sentent cette connexion", conclut l'artiste.

0 commentaires

COURCHEVEL : JUSQU' AU 17 AVRIL 2017 LE STREET ART DÉVALE LES PISTES DE LA STATION HUPPÉE

par Anastasia Chevel

L'exposition L'Art au Sommet présente jusqu'au 17 avril des oeuvres d'art de street artists et d'artistes contemporains au coeur de la station de ski huppée de Courchevel.

www.courchevel.com
www.courchevel.com

À Courchevel, l'exposition L'Art au Sommet à fait une fois de plus l'effet d' une avalanche. Imaginez une scène tout droit sortie d'un rêve : au milieu de la neige immaculée se dressent des sculptures de bulldogs, de gorilles et de pandas géants de près de deux mètres, foisonnants de couleurs et placés à proximité de téléphériques  et de télécabines , elles même parées pour l'occasion de fresques chatoyantes, de peintures Pop Art, pour le plus grand plaisir des petits et des grands spectateurs, amateurs d'art contemporain ou simples touristes, qui ne cessent d'attendre l'arrivée des télécabines taguées pour monter à l'intérieur et se photographier.

Cette année encore, pour la 8ème édition de l'Art au Sommet, la prestigieuse station de ski n'a pas lésiné sur les moyens et le spectaculaire pour éblouir ses hôtes et les surprendre toujours davantage. Pour rendre l'événement inoubliable, la crème du street art et de l'art contemporain à été conviée à participer pour l'occasion :  JonOne, Seen, Miss.Tic, Cope2, Noé-Two, ou encore le celebrissime Richard Orlinski avec ses époustouflantes sculptures. 

"Le choix des artistes a été effectué en tenant compte des artistes historiques du mouvement du graff que ce soit JonOne, Cope2, See, tout en ayant la volonté d'y adjoindre des artistes montants du mouvement tels que MadC ou Gully. L'idée étant de présenter une vision assez large  entre les fondateurs du mouvement dans les années 80 à 90 à New York et les plus jeunes en Europe", explique Robert Bartoux, à l'origine de ce projet prodigieusement créatif. Une exposition à ne manquer sous aucun prétexte !

© Courchevel Tourisme
© Courchevel Tourisme
0 commentaires