L'AFRIQUE, NOUVELLE TERRE PROMISE DE L'ART CONTEMPORAIN

par Anastasia Chevel

Continent en pleine mutation, l'Afrique se développe de plus en plus, se modernise et s'ouvre au monde. Discret et encore quasi invisible sur le marché mondial de l'art contemporain, le troisième plus grand continent s'affirme avec la multiplication de foires d'art, prend sa revanche avec l'avènement prochain d'un mégamusée d'art contemporain très attendu et s'impose aux collectionneurs d'art comme un nouveau territoire tendance à explorer.

Le musée géant Zeitz Museum of Contemporary Art Africa (MOCCA) qui ouvrira ses portes en septembre 2017 au Cap, Afrique du Sud.  © Heatherwick Studios
Le musée géant Zeitz Museum of Contemporary Art Africa (MOCCA) qui ouvrira ses portes en septembre 2017 au Cap, Afrique du Sud. © Heatherwick Studios

L'Afrique - encore très peu représentée sur le marché de l'art contemporain mondial, sort peu à peu de son marasme en mettant sur le devant de la scène des artistes contemporains africains éclatants de talent, qui ne demande qu'à éclore aux yeux du monde entier. 

 

À ce jour , seule l'Afrique du Sud - un des pôles majeurs avec le Nigeria de l'art contemporain - arrive à peu près à tirer son épingle du jeu sur la scène des enchères avec  la somme totale de 2, 7 millions de dollars sur un marché mondial pesant près d'1, 5 milliards de dollars (Source : ArtPrice). La palme de la vente record étant détenue par l'Ethiopienne Julie Mehretu qui à réalisé en 2015 chez Christie's une vente record pour la "modique" somme de 3, 4 millions de dollars.

 

Face à ce déséquilibre , l'Afrique s'organise, mise sur son identité culturelle forte qu'elle porte en étendard, et ambitionne de devenir la nouvelle vitrine de l'art contemporain en préparant une entrée remarquée et magistrale par la grande porte donnant sur la scène contemporaine internationale. La preuve par trois d'un continent émergent et multiple, prêt à écrire sa propre histoire.

Une des oeuvres abstraites de l'artiste Ethiopienne Julie Mehretu © Julie Mehretu
Une des oeuvres abstraites de l'artiste Ethiopienne Julie Mehretu © Julie Mehretu

LE MOCCA : UN MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN GÉANT ET REMARQUABLE

À l'instar des musées géants d'art contemporain présents déjà en Asie et au Moyen-Orient, l'Afrique voit les choses en grand et s'offre le plus grand musée d'Afrique, le très attendu MOCCA (Zeitz Museum of Contemporary Art Africa) façonné par l'architecte Thomas Heatherwick - à l'origine entre autres de la vasque olympique des Jeux de Londres en 2012 - qui ouvrira ses portes dès le mois de septembre 2017 au Cap, en Afrique du Sud, dans un ancien silo à grains admirablement rénové, et dont le coût est estimé à 34 millions d'euros.

L'espace occupera une superficie de 9 500m2  (dont 6000m2 de surface d'exposition) répartie sur 9 étages , et abritera de manière permanente la vaste collection d'art africain accumulée depuis 2002 par l'allemand Jochen Zeitz, fondateur de la marque de sport Puma. 

La Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 initiée par la Marocaine Touria El Glaoui,  New York 2015 © Sasha Arutyunova
La Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 initiée par la Marocaine Touria El Glaoui, New York 2015 © Sasha Arutyunova
Dinkenesh Part One (2016) de Aida Muluneh. Oeuvre exposée lors de l'édition 2016 de la Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 © Aida Muluneh
Dinkenesh Part One (2016) de Aida Muluneh. Oeuvre exposée lors de l'édition 2016 de la Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 © Aida Muluneh
Untitled (2016) de Beatrice Wanjiku. Peinture présentée en 2016 à La Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 © Beatrice Wanjiku
Untitled (2016) de Beatrice Wanjiku. Peinture présentée en 2016 à La Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 © Beatrice Wanjiku
We Mourn Our Loss (2016) de Billie Zangewa. Toile exposée à la Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 © Billie Zangewa
We Mourn Our Loss (2016) de Billie Zangewa. Toile exposée à la Foire d'Art Contemporain Africain 1 : 54 © Billie Zangewa

LA RUÉE VERS LE FOIRES INTERNATIONALES D'ART

Sur le territoire africain, la scène contemporaine se développe à grande vitesse, avec la multiplication de foires d'art. Pour n'en citer que quelques-unes : Dak'Art la plus ancienne, crée en 1989 au Sénégal, les Rencontres de Bamako consacrées à la photographie au Mali, la Kenya Art Fair de Nairobi, la FNB Joburg Art Fair en Afrique du Sud ou encore la Biennale de Marrakech au Maroc...

 

Mais depuis quelques années, les talents artistiques africains s'affichent de plus en plus dans des foires d'art se déroulant dans les capitales mondiales ou les grandes villes européennes, à l'image de la Biennale de Venise, qui a nommé commissaire général d'exposition le Nigérian Okwui Enwezor à l'occasion de sa 56ème édition, ou encore le sculpteur le plus cher d'Afrique, le Ghanéen El Anatsui qui a remporté le Lion d'Or du meilleur artiste en 2015.

 

En outre, la Foire d'Art Contemporain Africain 1:54 initiée en 2013 à Londres par la Marocaine Touria El Glaoui, a ouvert aussi ses portes en 2015 à New York, suite au succès retentissant de la première édition de cet événement auprès d'un public de professionnels et de collectionneurs d'art.

L'artiste sculpteur Ghanéen El Anatsui à côté d'une de ses sculptures. © DR
L'artiste sculpteur Ghanéen El Anatsui à côté d'une de ses sculptures. © DR
La plus ancienne foire d'art contemporain en Afrique : Dak'Art crée en 1989.
La plus ancienne foire d'art contemporain en Afrique : Dak'Art crée en 1989.

2017 : L'ANNÉE DE L'ART AFRICAIN EN FRANCE

Déjà en novembre 2016, Paris a crée l'événement avec une innovation artistique : l'AKAA (Also Known as Africa), une nouvelle foire d'art organisée au Carreau du Temple et dédiée exclusivement à la création artistique africaine.

 

Cette année encore, la capitale française réitère l'expérience en déroulant le tapis rouge à l'art africain avec une année 2017 riche en expositions et événements.

Parmi les temps forts de cette année, la foire Art Paris Art Fair qui s'est déroulée du 30 mars au 2 avril 2017, a proposé un focus sur l'Afrique fédérant une vingtaine de galeries autour de l'événement. 

 

En ligne de mire, la Fondation Louis Vuitton célèbre aussi l'Afrique en proposant de découvrir plusieurs visages de cet immense continent, avec "Art / Afrique, le nouveau atelier"  une exposition phare, pleine de promesses, qui se tiendra jusqu'au 28 août 2017 .

À cette occasion, on pourra ainsi découvrir la plus grande collection d'art africain appartenant à Jean Pigozzi, le richissime héritier de l'empire automobile Simca et admirer les oeuvres militantes et politiques d'artistes contemporains sud-africains qui seront mis à l'honneur lors de cet événement.

La 1ère édition de la Foire d'Art Contemporain et de Design AKAA (Also Known As Africa) s'est déroulée au Carreau du Temple en novembre 2016, à Paris. ©  AKAA
La 1ère édition de la Foire d'Art Contemporain et de Design AKAA (Also Known As Africa) s'est déroulée au Carreau du Temple en novembre 2016, à Paris. © AKAA
La Fondation Louis Vuitton célèbre l'Afrique avec une exposition phare "Art / Afrique, le nouveau atelier" qui se tiendra jusqu'au 28 août 2017. © Siegfried Forster / RFI
La Fondation Louis Vuitton célèbre l'Afrique avec une exposition phare "Art / Afrique, le nouveau atelier" qui se tiendra jusqu'au 28 août 2017. © Siegfried Forster / RFI

Écrire commentaire

Commentaires : 0